plan de relance

Pourquoi le chèque du numérique ne marche pas auprès des petites entreprises ?

Ce chèque du numérique avait pour but de venir en aide aux entreprises souhaitant digitaliser leur activité. Pourtant, il reste plus de 41 millions d’euros dans l’enveloppe proposée initialement. Pourquoi les petites entreprises ne l’utilisent pas ?

Le chèque de 500 € prévu pour venir en aide aux dirigeants de TPE à investir dans un nouveau site Internet ou un logiciel de caisse ou de prise de rendez-vous va être prolongé. L’aide devait s’arrêter au 31 mars mais le gouvernement a annoncé, hier, que les factures datées jusqu’au 30 juin seront éligibles. Autre changement, elle est aussi accessible aux entreprises ayant moins de onze salariés, tout secteur d’activité confondu. Et plus uniquement à celles qui étaient fermées administrativement en novembre.

Pour en bénéficier, les entreprises doivent justifier, sur facture, avoir dépensé au moins 450 €. En moyenne, les factures présentées tournent autour de 750 €, selon le ministère.

Pourquoi ce dispositif est-il prolongé ?

Contrairement à d’autres aides, comme le coup de pouce vélo, le chèque numérique n’a pas rencontré le même succès. Le gouvernement pensait accompagner pas moins de 110 000 entreprises. Hier, la barre des 30 000 dossiers était tout juste atteinte. Concrètement, il reste encore plus de 40 millions d’euros dans l’enveloppe. Au cabinet d’Alain Griset, on assure observer une accélération des demandes en mars ​pour expliquer sa prolongation. Mais aussi avoir cherché à simplifier le dispositif​.

Pourquoi les entreprises ont-elles peu sollicité l’aide ?

Marc Sanchez, représentant du syndicat des indépendants, affirme une « méconnaissance du dispositif par les TPE​ ». Autre frein : la trésorerie. « C’est aux entreprises d’avancer les fonds. Ce n’est pas très séduisant.​ »

Constat également partagé par Alexandre Bonetti, PDG de Simplébo, une agence web qui compte 10 000 clients TPE. « En tant que fournisseur de services, on aurait pu recevoir l’aide directement et faire la remise au client. Cela évitait aux dirigeants de gérer la paperasse qu’ils détestent. »

Autre frein, qui devrait être levé avec les récentes modifications : la peur de faire des dépenses de numérisation sans être éligible à l’aide. « C’était flou, par exemple pour les salons de tatouages, de toilettage pour animaux, les laveries… On ne préférait pas s’engager auprès de nos clients​ ». Un numéro vert est bien à disposition (0809 542 542) pour lever les doutes, mais le dirigeant assure avoir obtenu différentes réponses pour une même question.

Source : https://www.ouest-france.fr/economie/pourquoi-le-cheque-numerique-de-500-fait-un-bide-aupres-des-tpe-3d6dad20-9b9a-11eb-ad81-37cde232b8a1

You don't have permission to register