Sabrina Girault, Vice-Présidente de la Fédération Nationale des Syndicats des Commerçants des Marchés de France…

C’est en débutant sa journée sur un marché du Maine-et-Loire que Sabrina Girault, Vice-Présidente de la Fédération Nationale des Syndicats des Commerçants des Marchés de France, a répondu aux questions de itinérant sur le commerce non-sédentaire en France. Elle revient sur l’impact de la crise sanitaire sur le secteur du commerce itinérant ainsi que sur le rôle de la Fédération auprès des commerçants et des collectivités.

« Ce sont des moments extraordinaires. »

Pour Sabrina Girault, la crise sanitaire a eu un très fort impact sur le métier d’itinérant, mais également sur le comportement des consommateurs  : « La population se rapproche aujourd’hui plus des circuits courts, des marchés notamment pour retrouver le lien social. Si je prends mon exemple personnel, il y a des clients pendant la covid qui m’envoyaient des SMS de soutien en me disant qu’ils pensaient à nous quand ils passaient sur le marché, et qu’ils n’avaient qu’une envie : revenir nous voir. Ce sont des moments extraordinaires. ».
La Vice-Présidente de la FNSCMF ajoute « Tout le domaine de l’alimentaire a progressé niveau chiffre d’affaires, pendant la période de la crise du Covid. Il y a eu un engouement de la population pour les circuits courts pour rechercher une meilleure consommation, notamment grâce aux produits locaux présents sur les marchés. »

« Ce n’est pas la même chose pour tout le monde. Beaucoup de manufacturés subissent »

Malgré cet élan de solidarité, Sabrina Girault ressent malgré tout une très forte disparité entre les commerçants alimentaires et les manufacturés. Elle explique : « Dans mon cas j’ai beaucoup de chances, toutes mes clientes ont joué le jeu. Dès que les marchés ont repris, les clients ont fait preuve d’une solidarité incroyable. Ils venaient acheter même des toutes petites choses pour aider, à leur manière. On s’aperçoit que quand on fait un bon produit, les gens s’y habituent, et beaucoup de manufacturés font des beaux produits qui méritent d’être mis en avant. Lorsqu’on est proches de nos clients, que nous les chouchoutons, les clients le ressentent nous rendent la pareille. Ils sont solidaires pour les aider à surmonter l’épreuve et cela fait chaud au cœur. Cependant, ce n’est pas la même chose pour tout le monde. Beaucoup de manufacturés subissent car il faut du temps pour que les ventes repartent. Il y en a pour lesquels c’est très critique. Beaucoup de foire ne peuvent pas reprendre et les commerçants habituellement présents en souffrent énormément. Je les invite à nous rejoindre sur les marchés pour partager ensemble cette solidarité ! »

« Ca bouge et ça fait plaisir ! »

La Vice-Présidente de la Fédération est également très positive quant il s’agit d’aborder les relations les collectivités.
Selon elle « Il y a beaucoup de communes qui ont fait des gestes ne serait-ce que pour les droits de place. Ils ont essayé de faire revenir rapidement les marchés en l’état voire de les améliorer. Dans le Maine-et-Loire par exemple, il y a même des créations de marché avec notamment un nocturne qui devrait voir le jour début juillet. Ça bouge et ça fait plaisir ! On a rencontré des municipalités qui sont proactives et qui veulent réellement faire des choses. On a été très présents à leurs côtés et on essaye de les accompagner au mieux pour dynamiser leurs marchés. » 

Fier du bilan de la FNSCMF, Sabrina Girault affirme que « Le Syndicat a joué un rôle majeur dans la défense de la profession itinérante pendant la crise… mais le rôle d’un syndicat comme le notre ne se limite pas aux période de crise et son action est permanente ».

Revendications et représentations des commerçants, accompagnement des municipalités dans leurs projets concernant les marchés, promotion des marchés, la FNSCMF met tout en œuvre pour défendre les intérêts de la profession.

Sabrina Girault conclut sur un message de solidarité et d’optimisme : « Longue vie au commerce itinérant et que la population redore ce blason en continuant à nous accompagner. »

Un entretien réalisé par Loann Ravet – Pile Ici

You don't have permission to register